« Jamais voix pareille à celle de Tolstoï n’avait encore retenti en Europe. Comment expliquer autrement le frémissement d’émotion que nous éprouvions alors à entendre cette musique de l’âme, que nous attendions depuis si longtemps et dont nous avions besoin ? Mais c’était trop peu pour nous d’admirer l’oeuvre : nous la vivions, elle était nôtre. »La découverte des grandes œuvres de Tolstoï en France entre 1885 et 1887 a été une révélation pour la jeune génération des intellectuels français. Parmi eux, Romain Rolland, futur prix Nobel de littérature, qui fut, avec Gandhi, un des disciples de l’écrivain russe. D’un même mouvement, Romain Rolland raconte, dans ce portrait publié en 1928, la vie mouvementée et les grandes fresques de celui qui fut pour lui autant un « Titan des lettres » qu’un messager spirituel. Il montre en quoi sa vie fut une épopée : enfance aristocratique, guerre de Crimée, fuite dans l’inconnu et mort dans la petite gare d’Astopovo ; ou encore comment Tolstoï fut un mystique et un prédicateur, un prophète de génie et, dès lors, l’ennemi de l’Eglise orthodoxe et des religieux.Cette biographie est à la fois le récit d’une oeuvre et le roman d’un homme en quête d’absolu. À l’occasion du centenaire de la mort du grand écrivain russe, un classique à découvrir pour comprendre un mouvement de pensée qui allait révolutionner la littérature.

Albin Michel, 2010
Romain Rolland (1866-1944), écrivain français, lauréat du prix Nobel de littérature de 1915, ami de Stephan Zweig, animé par un idéal humaniste et la quête d’un monde non violent, admirateur de Léon Tolstoï et passionné par les philosophies de l’Inde, fasciné par Abd-al-Bahā.