21 mars 2019

21 mars : Journée Internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

2019-03-05T20:04:30+02:0021 mars 2019|Manifestation|

La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est célébrée chaque année le 21 mars, pour commémorer ce jour de 1960 où, à Sharpeville (Afrique du Sud), la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre les lois relatives aux laissez-passer imposées par l’apartheid. En proclamant la Journée internationale en 1966, l’Assemblée a engagé la communauté internationale à redoubler d’efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination raciale [résolution 2142 (XXI)]. Publié sur le site Journée Mondiale

23 février 2019

8 mars : Journée internationale des femmes

2019-02-23T11:22:55+02:0023 février 2019|Manifestation|

Une date unique dans le monde entier. La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l’ONU et, dans de nombreux pays, c’est un jour de fête nationale. Lorsque les femmes de tous les continents, souvent divisées par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques, se réunissent pour célébrer leur Journée, elles peuvent voir, si elles jettent un regard en arrière, qu’il s’agit d’une tradition représentant au moins 90 ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement.

Des femmes qui ont fait l’histoire. La Journée internationale de la femme est l’histoire de femmes ordinaires qui ont fait l’histoire. Elle puise ses racines dans la lutte menée par les femmes depuis des siècles pour participer à la société sur un pied d’égalité avec les hommes. Dans l’antiquité grecque, Lysistrata avait lancé une “grève sexuelle” contre les hommes pour mettre fin à la guerre. Pendant la révolution française, des Parisiennes demandant “liberté, égalité, fraternité” ont marché sur Versailles pour exiger le droit de vote des femmes. L’idée d’une Journée internationale de la femme s’est fait jour au tournant des XIXe et XXe siècles, période caractérisée dans le monde industrialisé par l’expansion et l’effervescence, une croissance démographique explosive et l’émergence des idéologies radicales.

Repères chronologiques
1909
 – Conformément à une déclaration du Parti Socialiste américain, la première Journée nationale de la femme a été célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis, le 28 février. Les femmes ont continué à célébrer cette journée le dernier dimanche de février jusqu’en 1913.

1910 – L’Internationale socialiste réunie à Copenhague a instauré une Journée de la femme, de caractère international, pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour aider à obtenir le suffrage universel des femmes. La proposition a été approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes venant de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. Aucune date précise n’a été fixée pour cette célébration.
1911 – À la suite de la décision prise à Copenhague l’année précédente, la Journée internationale de la femme a été célébrée pour la première fois, le 19 mars, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes ont assisté à des rassemblements. Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, elles exigeaient le droit au travail, à la formation professionnelle, et la cessation de la discrimination sur le lieu de travail.
Moins d’une semaine après, le 25 mars, le tragique incendie de l’atelier Triangle à New York a coûté la vie à plus de 140 ouvrières, pour la plupart des immigrantes italiennes et juives. Cet événement a eu une forte influence sur la législation du travail aux États-Unis, et l’on a évoqué les conditions de travail qui avaient amené cette catastrophe au cours des célébrations subséquentes de la Journée internationale de la femme.
1913-1914 – Dans le cadre du mouvement pacifiste qui fermentait à la veille de la Première Guerre mondiale, les femmes russes ont célébré leur première Journée internationale de la femme le dernier dimanche de février 1913. Dans les autres pays d’Europe, le 8 mars ou à un ou deux jours de cette date, les femmes ont tenu des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs soeurs.
1917 – Deux millions de soldats russes ayant été tués pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi le dernier dimanche de février pour faire la grève pour obtenir ” du pain et la paix “. Les dirigeants politiques se sont élevés contre la date choisie pour cette grève, mais les femmes ont passé outre. Le reste se trouve dans les livres d’histoire : quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes. Ce dimanche historique tombait le 23 février dans le calendrier julien qui était alors en usage en Russie, mais le 8 mars dans le calendrier géorgien utilisé ailleurs.
Depuis ces années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique. De plus en plus, la Journée internationale de la femme est le moment idéal pour réfléchir sur les progrès réalisés, demander des changements et célébrer les actes de courage et de détermination de femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire des droits des femmes. Source : Journée mondiale

23 février 2019

4 mars : Journée mondiale de lutte contre l’exploitation sexuelle

2019-02-23T11:38:59+02:0023 février 2019|Manifestation|

En 2009 s’est tenue la première Journée mondiale de lutte contre l’exploitation sexuelle, créée à l’initiative de l’ONG GIPF. En 2015, nous célébrerons donc la 7èmeédition. GIPF signifie Groupe International de Paroles de Femmes et il est hautement symbolique que ce soient des femmes qui se mobilisent les premières pour lutter contre l’exploitation sexuelle et la pornographie…
Un fléau en quelques chiffres :
– 4 millions de nouvelles victimes chaque année
– 500 000 femmes par an victimes de traite à fin de prostitution
– 1000 milliards de dollars US est le CA estimé de la prostitution
L’exploitation sexuelle est une des pires formes de négation des droits fondamentaux de la personne humaine.
Elle réduit l’être humain à une simple marchandise. Achetées, vendues, menacées, isolées, violées, battues, surveillées, enfermées, torturées, les victimes deviennent des objets de consommation. Source : Journée mondiale

20 février 2019

20 février : Journée mondiale de la justice sociale

2019-02-01T03:53:18+02:0020 février 2019|Manifestation|

S’il est bien une notion aussi peu et mal partagée sur les différents continents, c’est bien celle de la justice sociale. Et quand l’assembée générale des Nations Unies a proclamé le 20 février, Journée mondiale de la justice sociale, elle a certainement mesuré la distance qui séparait le voeu de certaines réalités… Elle invite les États Membres à célébrer cette journée mondiale en menant à l’échelon de leur pays des activités concrètes visant à promouvoir les buts et les objectifs proclamés lors du sommet mondial pour le développement social. Cette journée existe depuis 2009 et doit rappeler à tous que les gouvernements se sont engagés à faire de l’élimination de la pauvreté et du chômage une de leurs priorités. Le renforcement de la justice, la promotion de l’équité, la démocratie, la participation et la transparence sont les axes de travail proposés par l’assemblée.

20 janvier 2019

11 au 31 janvier 2019 – 10 conférences pour la non-violence, FRANCE

2018-12-20T21:25:55+02:0020 janvier 2019|Manifestation|

Par Jean-François Bernardini :
“La violence ca s’apprend”
“Non violence un équipement de vie”

11.1. 2019 PARIS 20° collège Charonne 9h à 11h

22.1.2019 BIGUGLIA (20) Collège 14h à 16h

22.1.2019 BASTIA(20) IRA (Institut Régional Administration) 16h45

23.1.2019 PORTIVECHJU Col Maria De Peretti Portivechju II (2 conférences) 8h30 à 10h30 – 10h30 à 12h15

28.1.2019 LYON (69) Lycée Juliette Récamier et Collège Jean Monnet 9h à 11h 28.1.2019 LYON (69) Lycée du Parc 14h à 16h

29.1.2018 LYON (69) Lycée Colbert 10h à 12h 29.1.2019 Ste Foy les Lyon (69) Collèges Le Plan du Loup et Collège Charcot 14h à 16h

30.1.2019 RILLIEUX LA PAPE (69) Col Maria Casares 9h00 à 11h00

30.1.2019 VILLEFRANCHE SISAÔNE (69) Maison d’arrêt à 14h00

31.1.2019 PRIVAS (07) – rencontre avec divers collèges plus d’infos à venir

17 janvier 2019

17 et 18 janvier 2019 : Conférence internationale sur les expériences de réconciliation – Rabat, MAROC

2019-01-15T11:57:57+02:0017 janvier 2019|Manifestation|

Échanger les expériences internationales en matière de réconciliation nationale est l’objet de la Conférence internationale qui se tiendra à Rabat les 17 et 18 janvier. Organisé par la Chambre des conseillers en partenariat avec la Ligue des Conseils de la Choura, des Sénats et des Conseils similaires au niveau de l’Afrique et du monde arabe ainsi que le Conseil national des droits de l’Homme, cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la Ligue des Conseils de la Choura, présidée par le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchemach, et qui a été adopté lors de son dixième congrès tenu les 20 et 21 septembre 2017 au Maroc et qui avait traité de plusieurs sujets, notamment la résolution des conflits politiques, la justice transitionnelle en Afrique et dans le monde arabe ainsi que les efforts d’édification de la paix. Lire l’article publié le 13/01/2019 sur le Site Le Matin

11 janvier 2019

11, 12 et 13 janvier 2019 : Septième rencontre internationale « Vers une éducation humanisatrice » – Mendoza, ARGENTINE

2018-12-30T18:54:41+02:0011 janvier 2019|Manifestation|

« Apprendre sans limites, une manière d’être dans le monde » se tiendra au Parc d’études et de réflexion de Punta de Vacas (Route 7, 50 km à l’ouest d`Uspallata, Mendoza, Argentine). Avec des ateliers qui s’appuient sur des expérience, des tables thématiques, des moments dans la salle de méditation et des expositions, nous espérons contribuer depuis le Courant pédagogique humaniste universaliste (Copehu) à une éducation rénovée dont nos peuples ont tant besoin. Source Pressenza du 27/12/2018

27 décembre 2018

27 décembre 2018 : Salon de l’enfance – Bamako, MALI

2018-12-30T18:49:17+02:0027 décembre 2018|Manifestation|

4ème édition du Salon de l’Enfance de Bamako « S.E.BA 2018 ». Pour cette année le thème choisi est : « Pour Chaque Enfant, une Éducation de Qualité pour la culture de la paix et de la non-violence en faveur d’un développement durable ». Organisé par la cité des enfants, ce salon vise à créer un brassage culturel entre les enfants, renforcer le vivre ensemble dans la paix et de la non-violence. L’événement va durer 5 jours. Le magazine « Tous les enfants du Mali » est présenté par un groupe d’enfants sous la supervision de Imirana Kilou Maiga. Source : Studio Tamani