Emmanuel GLAIS
04/01/2020

En novembre 1946, alors que les premières lueurs de guerre froide apparaissent, que la France a faim et qu’on y parle par conséquent de révolution, Albert Camus, dans une série d’articles plus tard intitulée Ni victimes Ni bourreaux, invite le lecteur de Combat à se poser la question de la violence. Lire l’article publié sur le site Médiapart