GIL
01/10/2020

L’expression résistance passive, pas même théorisée d’ailleurs, se retrouve à de nombreuses reprises pour qualifier l’attitude d’une population ou d’un groupe d’individus offrent une résistance à certains ordres d’une autorité qu’ils jugent illégitime ou d’ordres illégitimes d’une autorité constituée, une résistance faite d’ignorance volontaire de ces ordres. Certains auteurs par exemple qualifient l’attitude de certaines populations face à l’occupant nazie pendant la seconde guerre mondiale comme celle d’une résistance passive, opposée à la résistance active de groupes organisant des actions souvent violentes (attaques d’officiers allemands, sabotages divers…). Cette dichotomie passive/active avec pour seul critère l’expression plus ou moins organisée d’une violence met dans l’ombre les multiples formes non seulement les non-collaborations de populations, discrètes et portant sur le long terme, dans le domaine économique notamment, mais aussi les comportements de “retraits” de groupes sociaux par rapport à la population en général. Elle reflète également le triomphe des apparences qui veut qu’un comportement discret même résistant n’a aucune valeur par rapport à un comportement extraverti, exhibitionniste et doté d’une certaine brutalité morale ou physique… Lire l’article publié sur le site Le Conflit