GIL
20/10/2020

Pascal TOZZI, professeur à l’université de Bordeaux Montaigne, habilité à diriger les recherches en science politique, en commençant la rédaction de ce livre, savait qu’il s’attaquait à une entreprise difficile… Même parmi les familiers et les militants de la non-violence, il apparait difficile de l’utiliser contre le terrorisme. C’est ce que l’auteur décide de combattre, cette idée que contre le terrorisme, on ne peut pas grand chose d’autres qu’apporter des réponses policières et militaires… Comme il l’écrit dans son Avant-propos, un “constat “simple” est à l’origine de notre réflexion : le terrorisme se nourrit de violences. La sienne propre, par laquelle il se manifeste de façon dramatique, celles qui en constituent le terreau initial, mais aussi les autres, déployées par nos démocraties face à la menace, qui se voient inévitablement recyclées dans les harangues prétendant justifier de nouveaux attentats. Autour du projet commun à ces diverses entreprises, à savoir l’anéantissement de l’ennemi, la violence engendre la violence. Avec; en outre, des réactions sécuritaires et guerrières de la part des États démocratiques qui ne vont pas sans risques pour eux-mêmes, dès lors qu’elles réalisent une partie du projet terroriste : déstabiliser durablement nos sociétés, ébranler profondément les principes humanistes et humanisant d’un vivre-ensemble censé orienter, en principe, l’action politique.” L’auteur aborde ce qu’il considère l’une des réponses opposables à ces scénarios d’enviolentement : “celle qui s’attache à en tarir le principal carburant : les formes de violences qui alimentent le terrorisme ou en potentialisent les effets.” Il entend explorer les possibles d’une résistance non-violente qui procède à cet assèchement sur le long terme. Lire l’article publié sur le site Le Conflit