Les racines de la violence – Episode 1 – Iran 1952 à 2001

Les racines de la violence – Episode 1 – Iran 1952 à 2001

Les racines de la violence – Episode 1 – Iran 1952 à 2001

Tony Robinson.

Pressenza : Bienvenue Emad.
Emad Kiyaei : Merci beaucoup de me recevoir, Tony.
Pressenza : Heureux de vous avoir ici. Emad, écoutez, la raison pour laquelle cette série d’entrevues a vu le jour est que j’ai participé à un séminaire en ligne organisé par l’Organisation du Traité du Moyen-Orient il y a quelques semaines et que plusieurs conférenciers sont intervenus, disant comme si cela allait de soi, que l’Iran est une source de mal incommensurable au Moyen-Orient. C’est un point de vue que beaucoup de nos téléspectateurs et de nos lecteurs partagent, car c’est le discours dominant dans les médias grand public. J’aimerais donc commencer par poser une question très provocante : Pourquoi l’Iran est-il une source de grand mal ?
Emad Kiyaei : Par où dois-je commencer, Tony ? Le problème avec le Moyen-Orient, c’est que nous pouvons remonter aussi loin que le temps lui-même si nous voulons discuter ces questions, mais je pense que pour notre conservation d’aujourd’hui, nous devrions commencer par dire qu’à l’heure actuelle l’Iran est regardé à travers le prisme qui lui vaut d’être appelé (une partie de) l’axe du mal, ou le fauteur de troubles au Moyen-Orient, principalement parce qu’il est un ennemi de la seule superpuissance du monde, à savoir les États-Unis. Et nous ne devrions pas sous-estimer le pouvoir de la propagande des États-Unis, sa capacité d’influencer les gens quant à la manière dont ils voient les autres pays et les autres peuples. Dans ce cas, je n’excuse pas de nouveau la longue histoire du gouvernement iranien en matière de violations de droits humains et d’autres facteurs mais il est important de noter que dans la région troublée du Moyen-Orient, l’Iran n’est de loin pas unique dans sa conduite ou ses politiques. Et nous devons creuser davantage pour comprendre pourquoi l’Iran a été ciblé dans ces circonstances.

Lire l’article publié sur pressenz et voir la vidéo de l’entretien

Archives