Martin Luther King : le Gandhi américain

Martin Luther King : le Gandhi américain

Martin Luther King : le Gandhi américain

par Ramin Jahanbegloo.

Martin Luther King, Jr. est sans conteste la plus grande personnalité américaine du xxe siècle. Pasteur baptiste d’une grande complexité et d’une immense profondeur intellectuelle, King a aussi été un penseur politique méthodique. Ses réflexions sur la non-violence et son combat contre la ségrégation et les inégalités aux États-Unis ont influé sur des générations de penseurs et d’activistes non-violents. Au moment de son assassinat, le 4 avril 1968, Martin Luther King Jr. a été salué par le New York Times comme « le chef de file de millions de personnes qui luttent de manière non-violente pour la justice sociale » [1][1]Voir nécrologie par M. Schumach, The New York Times, 5 avril…. À ce titre, il est encore largement considéré à travers le monde comme le Gandhi américain qui, grâce à sa méthode d’action non-violente, est parvenu à éveiller la conscience de la nation américaine sur les maux du racisme et de la pauvreté et à préparer la promulgation de la loi historique sur les droits civiques. Sans la stratégie originale adoptée par King en matière d’action non-violente, Barack Obama ne serait pas devenu le premier président noir des États-Unis. Dans cette mesure, le rêve de Martin Luther King d’une « communauté bien-aimée » (beloved community) ont alimenté depuis cinquante ans le concept de rêve américain. King a attiré l’attention de son pays natal et du monde entier sur la manière dont notre existence quotidienne dépendait de la construction sociale de ce qu’il appelait a world house, une demeure universelle.

Lire l’article publié sur le site Cairn

Archives