Notre plus grosse addiction n’est ni à la nourriture ni à la drogue, mais au passé

Notre plus grosse addiction n’est ni à la nourriture ni à la drogue, mais au passé

Notre plus grosse addiction n’est ni à la nourriture ni à la drogue, mais au passé

Par David Andersson.

Les informations sont chaque jour plus difficiles mais aussi plus intéressantes. Tout s’écroule : l’environnement subit incendies et inondations, le virus de la COVID et ses variants ravagent la planète, l’Afghanistan nous démontre encore une fois toute l’absurdité de la guerre et il est de plus en plus évident que les personnes au pouvoir sont incompétentes et très court-thermistes. Le système de croyance actuel ne fournit pas de solution à l’instant présent. Nous faisons face à une toute nouvelle dimension, à une nouvelle époque. Les dirigeants actuels ne sont pas les bons pour faire face à ces phénomènes, car ils regardent tout cela au travers d’un prisme du passé. Nous sommes coincés dans le passé, nous n’avons aucune vision du futur. Quelques exemples : alors qu’un vaccin contre la COVID 19 a été produit en quelques mois, certains étaient méfiants et disaient que « cela prendrait 10 ans ». Ils ne voulaient pas reconnaître que le progrès existe.

Lire l’article publié sur Pressenza

Archives