Opinion : Karim Ouattara dévoile les 4 indices du fiasco de la désobéissance civile

Opinion : Karim Ouattara dévoile les 4 indices du fiasco de la désobéissance civile

Opinion : Karim Ouattara dévoile les 4 indices du fiasco de la désobéissance civile

David YALA
29/09/2020

Comme promis pour ce lundi 28 Septembre 2020, je partage avec mes followers mon analyse sinon une esquisse d’analyse sur l’échec programmé du mot d’ordre lancé par une partie de l’opposition ivoirienne le dimanche 20 septembre et qui devait rentrer dans sa phase active dès le lendemain, lundi 21 septembre. Avant tout propos, permettez-moi de remercier l’opposition qui a opté pour la non-violence en lieu et place des mouvements à intentions insurrectionnelles qui ont récemment endeuillé et sinistré plusieurs familles. Quoique illégale par définition, la désobéissance civile n’est pas assimilable à l’incivisme qui caractérise une personne dont le comportement traduit un manque de dévouement pour sa nation. Le Philosophe américain John Rawls (1921-2002) définit la désobéissance civile, dans son ouvrage ‘’La Théorie de la Justice’’ publié en 1971, réédité en 1975 et en 1999, comme: « un acte public, non violent, décidé en conscience, mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent pour amener un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement. En agissant ainsi, on s’adresse au sens de la justice de la majorité de la communauté et on déclare que, selon une opinion mûrement réfléchie, les principes de coopération sociale entre des êtres libres et égaux ne sont pas actuellement respectés » Le terme fut créé par le philosophe, naturaliste et poète américain Henry David Thoreau (1817-1862), dans son essai ‘’La Désobéissance civile’’, publié en 1849, à la suite de son refus de payer une taxe destinée à financer la guerre contre le Mexique. Lire l’article publié sur le site Afrique sur 7

Archives