Sortir de la violence, une nécessité sociale et personnelle

Sortir de la violence, une nécessité sociale et personnelle

Sortir de la violence, une nécessité sociale et personnelle

Philippe Moal.

Présentation lors du 8ème Symposium international du Centre Mondial d’Études Humanistes.

Bonjour, Merci d’assister à cette présentation intitulée : « Sortir de la violence, une nécessité sociale et personnelle ». Ce thème s’inscrit parfaitement dans le cadre de ce symposium : «Un Nouvel Humanisme pour un nouveau monde.». Se libérer de la violence est l’une des conditions nécessaires pour avancer vers un monde véritablement nouveau. Nous avons une heure : nous n’allons pas pouvoir décrypter le thème de manière exhaustive en une heure. Je propose de présenter quelques thèmes de réflexion qui donneront lieu à un échange postérieur.

En guise d’introduction, je voulais dire que ce que je vais présenter est une synthèse de certains thèmes que j’ai développés ces derniers temps dans mes activités autour de la violence et de la non-violence. Je crois qu’aujourd’hui, la question fondamentale pour éradiquer la violence est en train de changer, il s’agit d’aider les gens à voir que la conscience est active. Il est certain que la psychanalyse et les développements sur l’inconscient ont été nécessaires depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui pour découvrir que notre monde intérieur est actif. Mais cette étape est terminée, aujourd’hui, les personnes savent très bien que leurs contenus intérieurs (peurs, angoisses, compulsions, etc.) existent et ont des implications dans leur vie, c’est-à-dire que les contenus de leur monde intérieur sont actifs. Aujourd’hui, il est nécessaire de monter d’un étage, de passer à un niveau supérieur, et d’apprendre à reconnaître la conscience, à l’écouter, à la développer et à l’orienter. Si l’on sait que les contenus sont actifs, il faut aujourd’hui découvrir que la conscience aussi est active. Tout ce qui va vers cette découverte est une révolution. L’espace de représentation, le pouvoir des images, non seulement visuelles, auditives, mais aussi cénesthésiques, apprendre à donner une intention à l’intentionnalité de sa conscience. C’est dans cela que je suis maintenant.

Lire la conférence publiée sur le site Pressenza

 

Archives