De la résistance à l’insurrection : Luther King

  1.  | 
  2. Points de vue
  3.  | 
  4. Martin Luther King
  5.  | De la résistance à l’insurrection : Luther King

De la résistance à l’insurrection : Luther King

  1.  | 
  2. Points de vue
  3.  | 
  4. Martin Luther King
  5.  | De la résistance à l’insurrection : Luther King

De la résistance à l’insurrection : Luther King

Par Gyl. Désobéissance civile : de la résistance à l’insurrection dans les oeuvres politiques et philosophes, XI : Martin Luther KING.  Si GANDHI a sauvé de l’oubli l’expression “désobéissance civile”, comme le dit Christian MELLON, c’est le mouvement de Martin Luther KING qui lui a donné son retentissement mondial et assuré un durable succès. S’inspirant de THOREAU et de GANDHI, qu’il lit au cours de ses études de théologie, il soutient le boycottage des bus de Montgomery en décembre 1955. Il reste, en bon pasteur, paralysé un moment par des doutes quant à la moralité d’une telle action, mais le souvenir de ses lectures l’aide à les surmonter. pour faire reconnaitre les droits civiques des Noirs dans les États ségrégationnistes du Sud, le Civil Rights Movement organise des actions directes non-violentes de diverses sortes, les unes légales, les autres illégales. Ces dernières, qui constituent des actes de désobéissance civile, consistent à enfreindre délibérément et collectivement les lois de ségrégation raciale : lors des freedom rides et autres sit-in, Noirs et Blancs refusent de ses séparer dans les gares routières et aux comptoirs des bars, violant ainsi les lois en vigueur dans les États du Sud. Ces infractions, souvent réprimées avec brutalité sous l’oeil des caméras, font l’objet de procès, couverts par la presse. Elles suscitent de nombreux débats – éthiques, politiques, juridiques – dont on trouve un premier écho dans la fameuse “lettre de la prison de Birmingham” que KING rédige pour répondre aux objections de ceux qui, jusque parmi les sympathisants de la cause, jugent qu’il va trop loin en appelant à désobéir à des lois en vigueur. Il y écrit notamment : ” je soutiens que quiconque enfreint une loi parce que sa conscience la tient pour injuste, puis accepte une peine de prison afin de soulever la conscience sociale contre cette injustice, affiche en réalité un respect supérieur pour le droit”. Lire l’article dans Le Conflit

Participez
à l'Observatoire de la non-violence

Organisation, Site web, Diffusion, Économie

Archives