La rencontre avec des femmes puissantes en tant que passerelle vers un monde sans violence

  1.  | 
  2. Actions
  3. |

La rencontre avec des femmes puissantes en tant que passerelle vers un monde sans violence

  1.  | 
  2. Actions
  3. |

La rencontre avec des femmes puissantes en tant que passerelle vers un monde sans violence

Par Esther Amelia Delvenne,

Selon la cosmogonie Wichí, les femmes ne sont pas nées de la Terre comme les hommes, mais à l’époque de la jeune montagne, elles y descendaient le long de cordes de lumière pour cueillir des fruits et des graines. Un jour, les hommes de la tribu les ont découvertes, ont coupé les cordes et elles n’ont jamais pu revenir, bien qu’elles aient partagé leur sagesse avec le peuple et qu’elles l’aient aimé comme le leur. Dans cette coexistence parmi des équilibres tendus ou parmi des forces qui s’affrontent vivent aussi les Nepantleras[2], des femmes indigènes mexicaines qui se balancent entre les frontières d’un état de pré-guerre, alors que leurs maisons ne sont jamais en lieu sûr. Comme les personnes homosexuelles ou bisexuelles vivant dans le monde hétérosexuel, ou comme les ruraux vivant dans les villes, pris entre les mailles du filet de leur foyer et d’autres cultures. C’est ainsi que les Wichi et les Nepantleras continuent de vivre: entre les fissures, dans des mondes qui ne sont pas connus du reste du peuple.

Lire l’article publié par Pressenza
Crédit image: Lucía Prieto, Luciana Leiras/lavaca

Archives