L’idéal de la non-violence revisité par Judith Butler

L’idéal de la non-violence revisité par Judith Butler

L’idéal de la non-violence revisité par Judith Butler

Par Alain Refalo.

Judith Butler (1956 – ) est une philosophe américaine, connue dans le monde entier pour ses travaux sur le genre. Elle est professeur à l’université Berkeley depuis 1993. Depuis plusieurs années, elle développe une réflexion qui vise à renouveler l’idéal de la non-violence. Dans son nouvel ouvrage La force de la non-violence: une obligation éthico-politique (édité en France par Fayard), elle expose sa vision éthique et politique de la non-violence et « propose de constituer la non-violence comme nouvel imaginaire politique ». Nous venons de le lire.

Judith Butler fait remarquer que « la confusion d’opinions » sur la violence et la non-violence, « termes litigieux et contestés », rend difficile toute pensée rationnelle sur la non-violence. Par voie de conséquence, elle constate d’emblée que « la défense de la non-violence suscite le scepticisme dans tout le spectre politique ». Si l’on veut défendre la non-violence, il importe, nous dit-elle, de « comprendre et d’évaluer comment la violence est représentée » et critiquer la manière dont elle est justifiée par l’Etat qui bien souvent dissimule sa propre violence tout en accusant ses opposants d’y recourir.

Lire l’article publié sur le blog alainrefalo

Archives