Yves MICHAUD
23/10/2019

La résistance civile non-violente a été longtemps considérée comme un mode d’action politique éminemment respectable de la part de citoyens niés ou de personnes humiliées. L’exemple de référence était celui du mouvement de libération conduit par Gandhi en Inde dans les années 1920 contre la puissance coloniale britannique. La désobéissance civile avait pour elle d’éviter le piège de la violence qui finit toujours par contaminer ceux qui la pratiquent et de promouvoir une relation au pouvoir et à la politique engageant un rapport autre à l’existence, aux autres et à  la nature. Lire l’article publié sur le site Atlantico