Entretien – Du dépassement de la culture de la violence

Entretien – Du dépassement de la culture de la violence

Entretien – Du dépassement de la culture de la violence

Par Milena Rampoldi.

Comment pouvons-nous travailler pour la paix aujourd’hui ? Comment pouvons-nous laisser derrière nous le poids de l’histoire et la souffrance qu’elle a générée pour reconstruire un avenir de paix sans angoisse ? C’est cette question, et quelques autres aussi, qu’ont évoquées ensemble Milena Rampoldi de ProMosaik et Luz Jahnen. Luz Jahnen a mené une Étude sur le thème de la vengeance comme élément constitutif de notre culture occidentale et sur la réconciliation comme mode de dépassement de cette vengeance. Il a réuni ses expériences et l’analyse qu’il en a tirée dans un atelier qu’il organise maintenant dans différents pays.

Milena Rampoldi : un point de départ très intéressant, que je trouve tellement important pour le Proche-Orient, c’est qu’il ne s’agit ni de pardonner, ni d’oublier. Pourriez-vous expliquer cela à nos lectrices et à nos lecteurs ?
Luz Jahnen :
 A cette question, je voudrais vraiment pour une fois au moins donner une réponse qui soit indépendante des divers conflits au Proche-Orient. D’une manière générale, il nous manque des éléments pour dépasser les conflits. La culture humaine, notamment la culture occidentale, manque d’une culture de dépassement des conflits. J’irais même plus loin, j’insisterais : il nous manque — à nous comme humanité comme à chacun de nous comme individu — une compréhension plus profonde de nos conflits. Et par conséquent une compréhension plus profonde aussi de notre violence. Seule une compréhension fondamentale peut nous mettre sur la voie du dépassement des conflits et surtout du dépassement de cette violence criante.

Lire l’entretien publié sur Pressenza

Archives