Jean-Marie MULLER
07/09/2020

“La recherche de l’efficacité dans l’action nous amène à considérer la non-violence comme un ensemble de moyens, non comme une fin en soi. Ces moyens doivent être jugés non pas seulement en fonction des mérites que leur attribuent la morale, la philosophie ou la spiritualité, mais également en fonction de leur efficacité, c’est-à-dire, de leur capacité à atteindre la fin recherchée. Le choix des moyens n’est pas plus important que le choix de la fin. Au contraire, il importe que la fin poursuivie par l’action soit juste. Le choix des moyens n’est que second par rapport au choix de la fin : il est second, mais il n’est pas secondaire. Les idéologies dominantes tentent de légitimer la violence en affirmant que “la fin justifie les moyens”, c’est-à-dire qu’un fin juste légitime des moyens injustes. Dire cela, c’est s’enfermer dans une contradiction intrinsèquement perverse. Qui veut la fin ne doit pas vouloir n’importe quels moyens, mais des moyens qui lui permettent d’atteindre effectivement la fin poursuivie. C’est précisément l’importance accordée à la fin d’une action qui amène à considérer comme essentiel le choix des moyens”. Lire l’article publié sur le site Le conflit