Robert DELIÈGE
2008

La non-violence, élément-clé de la pensée gandhienne, fait le lien entre ses conceptions religieuses et ses idées politiques. Pour Gandhi, en effet, la religion ne peut être séparée de la politique mais, bien au contraire, doit guider toute action que celle-ci soit politique, sociale ou économique. En réalité, ces différentes perspectives n’apparaissent pas comme catégories séparées de sa pensée, ce sont des domaines inséparables. S’il répète volontiers que Dieu est au centre de toute action, ce n’est pas par une espèce de bigoterie, mais bien en raison d’une espèce de philosophie morale. Par Dieu, en effet, il faut entendre, non pas les diktats de fanatiques cléricaux, mais cette « voix intérieure » que l’on peut considérer comme notre conscience morale et nos valeurs. Lire l’article publié sur le site Open Edition