Marxisme et non-violence : des approches pas si antagonistes que cela…

Marxisme et non-violence : des approches pas si antagonistes que cela…

Marxisme et non-violence : des approches pas si antagonistes que cela…

GYL
17/11/2020

Dans ma vie de militant non-violent et mes approches du marxisme, me trouvant par un heureux hasard dans un mouvement non-violent qui avait à la fois une approche des conflits économiques d’inspiration marxiste et une attitude réaliste (s’éloignant de préoccupations philosophico-morales dans le même mouvement de la pensée) sur l’efficacité de la non-violence, j’ai toujours trouvé navrante cette opposition des militants marxistes révolutionnaires et des non-violents. Ceci pour plusieurs raisons : 
– La non-violence (politique) et le marxisme (non dogmatique) ont en commun une approche du conflit s’opposant frontalement à des perceptions les niant, comme le font toutes ces idéologies consensuelles prenant leurs désirs pour des réalités, qui s’expriment de manière de plus en plus tapageuses au fur et à mesure que s’aggravent les inégalités économiques, les désastres écologiques et les dissociations sociales.
– Si les traditions (prises très globalement) non-violentes et marxistes divergent en pensée et en action, cela tient d’une part à la position anti-religieuse, mâtinée d’un athéisme militant, de la tradition marxiste (par rapport à des courants principalement religieux) et par la volonté d’exprimer par la violence les rapports de classes sociales, dans l’estimation que rien de révolutionnaire ne peut avoir lieu sans la violence de celle-ci (par rapport à des courants qui placent précisément la violence au coeur de leur réflexion, dans ses conséquences comme dans son expression).
– … Lire l’article publié sur le site Le Conflit

Archives