Plus que la non-violence, l’amour des ennemis

Plus que la non-violence, l’amour des ennemis

Plus que la non-violence, l’amour des ennemis

Jacques BLANDENIER
30/01/2020

Jacques Blandenier, abonné à Réforme, réagit à la série théologique consacrée au prophète Élisée et raconte l’attitude du roi Pomaré à Tahiti. Plus que la non-violence, il milite en faveur de l’amour des ennemis. Le commentaire d’Antoine Nouis dans Réforme dépeint la non-violence et la compassion d’Élisée, peu fréquentes dans les livres des Rois ! Le prophète renvoie les soldats ennemis après leur avoir servi un banquet, et traite avec bonté les prisonniers, en signe de paix. Ces récits m’ont rappelé deux événements datant des tout premiers temps des missions protestantes, au cours des années 1815-1830, dans des îles du Pacifique Sud, en général plus violentes que paradisiaques, contrairement à la légende ! Ces faits dont l’histoire a conservé la mémoire reflètent de façon significative la même éthique que celle d’Élisée. Lire l’article publié  sur le site Réforme

Archives