GYL
07/01/2021

L’indignation provoquée par le massacre de la Saint-Barthélémy avive la pensée chez les Réformés que l’évolution politique en cours de la monarchie est néfaste et qu’il est urgent de l’enrayer. C’est elle, pensent-ils, qui, en donnant trop de pouvoir à la volonté du roi, appuyée sur une poignée de conseillers pervers, a permis la catastrophe. Il faut donc revenir à un état antérieur, plus respectueux des libertés. Mais les guerres de religion provoquent un déplacement important de la réflexion. Alors que l’ensemble des pensées sur le tyrannicide, abondantes sous l’Antiquité (PLATON, ARISTOTE…) et repensées d’abord chez les Pères de l’Église (Thomas d’AQUIN)  puis chez les écrivains de la Renaissance (notamment chez MACHIAVEL) s’était plutôt conclu dans un sens plutôt défavorable à l’insurrection et à la résistance contre l’oppression), ces guerres de religion ravivent les critiques contre la monarchie telle qu’elle a tendance à se pratiquer, jusqu’à émettre une reconstruction de la théorie politique : la souveraineté n’appartient pas au roi, mais au peuple. Si cet épisode du combat des monarchomaques attire notre attention ici, c’est pour une double raison. Toutes les argumentations, souvent émises dans une sorte de littérature seconde et considérée souvent comme secondaire en faveur d’une refonte de la “science politique” et de la représentation de l’autorité, connaissent un regain d’intérêt qui ne va pas cesser et aboutir en fin de compte à la fin des monarchies en une très longue onde de choc. D’autre part, toutes ces argumentations possèdent une résonance hors des lieux où elles ont été émises, face à des pouvoirs religieux et politiques dans de nombreux pays. Une vision trop centrée sur l’Occident empêche de voir combien ces argumentations restent vives pour des contextes où la tyrannie fait la loi, et qu’en ce sens, elles sont toujours actuelles. Lire l’article publié sur le site Le Conflit